De retour aux «BRUYÈRES», place à la détente… et rien à dire de plus…